ATTENTATS DU 11 SEPTEMBRE: LA CONTRE-ENQUÊTE (Partie 37)

Publié le par Scaramouche

Le World Trade Center et "Gound Zero": Ce que l'on peut ajouter.

Après le 11 septembre, on passera plusieurs mois à déblayer le site du WTC que l'on appellera "Ground Zero". Mais lors des fouilles, en plus des poutrelles d'aciers retrouvées avec leurs extrémités fondues, il y aura encore quelques éléments troublants, ne coïncidant pas avec la version officielle, surtout concernant les deux avions.

 

Les deux Boeing qui se sont écrasés sur les tours jumelles ne devaient pas posséder d'enregistreurs de vol.

C'est d'ailleurs le rapport de la Commission d'enquête qui le précise (note n°76 , page 576) en disant: "...Les CVR et les FDR d'American 11 et d'United 175 n'ont pas été retrouvé..." ("CVR", "Conversation Voice Record", étant l'enregistreur des conversations et "FDR", "Flight Data Record", l'enregistreur des données de vol).

Durant les opérations de nettoyage de "Ground Zéro", bien que les restes des deux avions seront retrouvés (envoyé directement à la ferraille et jamais expertisés), aucun des enregistreurs de vols des deux Boeing qui se sont écrasés sur le WTC ne seront retrouvés dans les décombres. Ted Lopatkiewicz, porte-parole du "National Transportation Safety Board", "National Transportation Safety Board", déclara: "Il est extrèmement rare que nous ne voyons pas les enregistreurs de vol nous revenir. Je ne me souviens pas d'une autre affaire dans laquelle nous n'avons pas récupéré les enregistreurs" (CBSNEWS.COM du 11 février 2009, lien, link). Ce qui est étonnant, puisque les "boites noires" sont conçues pour résister à des chocs beucoup plus important que ceux provoqués par l'effondrement du WTC (elles peuvent par exemple résister à une pression de 3400 "G" et une température de 2000° F) (abcnews.go.com du 18 septembre 2001, lien, link).

il y aura un témoignage d'un des déblayeurs de "Ground Zero", Nicholas DeMasi, qui participera à un livre ("Behind The Scenes Ground Zero") dans lequel il racontait qu'en octobre 2001: "A un moment on m'a demandé d'accompagner les agents fédéraux à travers le site pour rechercher les boites noires des avions". "Il y avait un total de quatre boites noires. Nous en avons trouvés trois". Malgré des recherches, il n'a pas été possible à des journalistes de retrouver et de pouvoir interviewer DeMasi. Son récit serait confirmé par une autre personne travaillant à "Ground Zero", un dénommé Mike Bellone. Il dira ne pas avoir vu la découverte des boites, mais avoir assisté aux recherches. Il a vu l'une des boites noires qui était carbonisée (Philadelphia Daily News du 26 octobre 2004).
Mais le NTSB, l'organisme chargé d'exploiter les enregistreurs de vol après un accident d'avion, n'a officiellement jamais dit, ni reconnu avoir reçu trois des quatres boites noires des vols 11 et 175. Le porte-parole du FBI de New York, Jim Margolin, déclara que aucune boite noire ne fût récupérée à "Ground Zero". Et Franck Gibbon, porte parole des pompiers de New York, que personne n'est au courant de la récupération par l'une des compagnie aériennes, de boites noires sur le site du WTC.

En 2004, il y aura une source du NTSB qui dira qu'ils ont bien eu les trois enregistreurs de vols, trouvés à "Ground Zero" et qu'ils ont travaillé dessus. Et que le FBI les auraient récupéré ensuite. Mais officiellement le bureau fédéral contiuera de démentir que les boites noires auraient été retrouvées. Le porte parole du FBI, Stenphen Kodak dira: "Au meilleur de ma connaissance, les dispositifs d'enregistrement de vol de sécurité des crash sur le World Trade Center n'ont jamais été retrouvés. A moins qu'on ne les a jamais eu" (magazine "Counter Punch" du 19 décembre 2005, lien, link).

Les deux témoins ont-ils tout inventé, ou nous cache-t-on que des enregistreurs de vols auraient bien été retrouvés ? Difficile de le dire. Mais si tel était le cas, pourquoi le cacherait-on ?

Donc, nous ne pouvons que nous en tenir à la version des autorités, les boites noires des Vols 11 et 175 n'ont jamais été retrouvées.

Le fait que les "boites noires" des deux Boeing n'aient jamais été retrouvées, ou que leur découverte aurait été cachée, apporte une conclusion simple. Si les enregistreurs n'ont jamais été retrouvés, cela voudrait dire que les deux avions qui s'écrasent sur le WTC n'en étaient sans doute pas équipés. Ce qui, lorsque l'on sait qu'ils étaient des Boeing pilotés à distance. Ce qui n'est pas vraiment une surprise, puisque les Boeing téléguidés, équipés par l'US Air Force pour des exercices militaires avec des vols réels, sont des "avions-cibles" destinés à être détruits au terme des execices. Il n'y a donc aucune raison de les équiper d'un enregistreur de vol.

Mais si les deux avions en possédaient malgré tout, les données des enregistreurs ne peuvent bien-sûr pas être rendu public, puisque si les deux Boeing téléguidés percutent bien les tours du WTC, l'étude de leur trajet montrerait (comme nous l'avons déjà vu), qu'ils ont suivi une totalement différente, que la route officielle prise par les Vol 11 et 175, depuis leur détournement (1). Et de plus, cela apporterait la preuve que ces deux "avions-cibles", n'ont jamais décollés de Boston, et révèlerait leur lieu de décollage réel (sûrement une base de l'Air Force ou du NRO). Voilà pourquoi les données des boites noires ne pourraient pas être exploitée, cela contredirait totalement la version officielle et permettrait de comprendre ce qui s'est passé réellement.

 

La raison pour laquelle les "boites noires" des vols 77 et 93 ont officiellement été retrouvées, alors qu'elles ne le seront jamais pour les vols 11 et 175, montrerait un besoin d'apporter une "preuve matériel", pour apporter du crédit à la version officielle. Que ce serait bien les vols 77 et 93 qui ce sont écrasés au Pentagone et à Shanksville (puisque pour les deux sites, il n'y a pas d'avion). Mais comme nous l'avons déjà vu, les relevés des enregistreurs présentés comme étant ceux des vols 77 et 93, sont en fait des preuves fabriquées après-coup (2). Comme le crash des deux Boeing sur le WTC a été vu par plusieurs centaines de témoins pour le premier et toutes les télévision du monde pour le second, ceux qui sont derrière les attentats ont sans doute pensé qu'il n'était pas nécessaire de chercher à prouver que les avions s'y sont écrasés. Puisque les crash ont été vu par de très nombreux témoins près du WTC et aux alentours de Manhattan, au contraire des deux autres. Voilà pourquoi les rapports du NTSB se basent sur les "boites noires", uniquement pour les Vols 77 et 93. Pour les vols 11 et 175, il n'y aura aucune "boites noires" sur lesquelles s'appuyer pour établir les rapports.

 

Trois cadavres, présentés comme étant ceux de deux membres d'équipage et d'un "pirate de l'air", trouvés à "Ground Zero".

Au cours du déblayage du site, un rapport dira que l'on retrouva (entre les 12 et 14 septembre 2001) le cadavre d'une hôtesse de l'air, d'un membre d'équipage (reconnu par leurs uniformes), et d'un homme sans uniforme, trouvé à l'intérieur de ce qui restait du cockpit, que l'on considérera comme étant celui d'un des pirates de l'air. Mais, chose étrange remarqué et raconté par le pompier John McCole, le corps attribué à l'hôtesse de l'air n'était nullement carbonisé et ne montrait aucune traces de brûlures (ce qui est surprenant, quand on voit l'explosion provoquée lors du crash des avions). McCole dira: "J'ai trouvé assez étonnant que le corps de quelqu'un pourrait rester intact après s'être écrasé dans un gratte-ciel au milieu d'un enfer de flammes".
Au sujet de celui du membre d'équipage, le témoignage de sa découverte provient du pompier 
Mike Bellone (celui-là même qui dira avoir vu l'une des boites noires retrouvée carbonisée). Et Bellone racontera qu'il trouva "une jupe bleue, puis un côté d'un corps et enfin une paire d'ailes encore attachées au revers de la veste d'une femme" (The Daily Standard du 11 septembre 2006, lien, link). Là encore, étrangement, la jupe et la veste d'uniforme de l'hôtesse de l'air n'étaient visiblement pas brûlés.
On peut également signalé que, 
sur la veste d'uniforme des hôtesses d'American Airlines, l'insigne ailé (avec le logo d'AA), n'est pas attaché sur le revers même de la veste, il est toujours porté à côté.

Concernant celui du "pirate de l'air", il y aura un autre rapport, disant que le corps aurait été trouvé en février 2003. Mais le nettoyage du site de "Ground zero" s'est terminé le 30 mai 2002 (il y aura même une cérémonie officielle pour commémorer l'évènement). Donc, comment pourrait-on y avoir retrouvé ce corps près d'un an plus tard ?

Donc, d'après les témoignages, il n'y aura que deux corps de membres d'équipage retrouvés, attribués tous les deux au Vol 11. Le corps du "pirate de l'air" étant pour sa part le plus suspect. De plus, les rapports de la découverte des corps de ces trois personnes censés s'être trouvées dans l'un des avions qui s'écrase sur le WTC, ne seront pas confirmés par les autorités de la police de New York. (Nous reviendrons bien-sûr sur la question de la présence des passagers, des membres d'équipage et des "pirates de l'air", censés se trouver dans les quatre avions qui s'écrasent le 11 septembre).

 

Une partie de l'acier des ruines du WTC sera volé par la Mafia.

Cela a même fait l'objet d'une enquête de la part du "Grand Jury" (New York Post du 28 septembre 2001, lien, link).

Un jury de Manhattan a fait une grande enquête sur le vol par la Mafia de la ferraille se trouvant dans les décombres du World Trade Center. Plus de 250 tonnes de matériel présent sur la "scène de crime" se retrouveront mystérieusement retrouvé dans trois décharges à ferraille, et les enquêteurs mettront en cause le crime organisé.

Les débris provenant de "Ground Zero" sur le site du World Trade Center sont censés être tous envoyés à la décharge de Fresh Kills sur Staten Island, où les autorités procèdent au tamisage des débris et à l'analyse de la scène de crime. Mais selon les autorités, une partie de la ferraille et de l'acier a été volé et a été entreposé dans au moins trois décharges à ferraille.

La police de New York s'est livrée à une enquête sur cette affaire, tout comme la "Strate Wade Waste Commission", la "Commission d'état des déchets et du commerce". Les enquêteurs ont découvert 75 tonnes après avoir cherché au Scrap Metal Mid-Island à Deer Park (Long Island). Personne n'a été inculpé dans cette affaire, et des sources des travailleurs sur le site de "Ground Zero" permettra aux policiers d'avoir toutefois quelques pistes à suivre. Un employé de bureau de Mid-Island Scrap a déclaré que le manager du chantier, qu'elle a refusé d'identifier, était "out", sans faire plus de commentaires.
Les enquêteurs trouveront par la suite un total de 180 tonnes dans le New Jersey, qu'ils ont refusés d'identifier. D'après une source proche des autorité, la police pense que les associés de quelque cinq familles du crime de la ville (qui ont longtemps étaient liés à la corruption dans le secteur de l'exploitation des déchets) sont impliqués. Et au moins 10 suspects sont impliqués dans les vols, selon la même source.

Bien que la preuve qu'une partie des débris métalliques aient été détourné, il est difficile de savoir exactement combien de métal a été effectivement dérobé à "Ground Zero", puisque plus de 128.000 tonnes de débris ont été transportés loin de Manhattan depuis le 11 septembre. Des sources policières ont dit qu'ils croient que le métal a été pris directement sur le site par camions à ordures dans les jours immédiatement après l'attaque terroriste.

C'était avant que les camions soient escortés à la décharge ou jusqu'à des barges flottantes à ordures, et les conducteurs étaient libres d'aller où ils voulaient. Mais depuis tous les déchets (avec quelques pièces uniques pesant jusqu'à 800 kilos) seront renvoyé à Fresh Kills. Le vol n'aurait pas permis de rapporter beaucoup d'argent. Ils ne recevraient que 1,60 dollars pour 100 livres de déchets métalliques, c'est-à-dire plus de 15000 dollars pour les 255 tonnes au total.

Le grand jury pouvait inculper les suspects pour: falsification de preuves, obstruction à la justice, de vol et de complot. Le bureau du procureur de Manhattan a refusé de faire tous commentaires.

Dans le même temps, la police et les fonctionnaires fédéraux ont niés qu'un rapport avait été publié, disant qu'il y avait une recherche en cours au niveau nationale pour un camion U-Haul de location, qui était manquant. "Il n'y a aucun avis de recherche, et nous ne croyons pas que le camion a une incidence sur toute l'affaire".  Ils ont également niés un rapport disant que les autorités municipales détenaient des renseignements spécifiques sur un semi-remorque rempli d'explosifs, qui était à destination de New York. Le représentant du gouvernement fédéral n'en a pas non plus eu connaissance, et qu'il a été "surpris" par l'arrêt des recherches qui ont été effectuées sur des camions dans la ville. Le responsable de la police a déclaré qu'ils devraient tout simplement "être prudent".

Ce qui est étonnant, c'est que les suspects de ces vols de plusieurs tonnes de débris métalliques à "Groung Zero", ne seront jamais inquiétés (il n'y a jamais eu de poursuites contre eux). Et l'enquête sur des camions déblayeurs à "Ground Zero" qui avaient disparu sera stoppée. Mais que transportaient-ils exactement avant leur disparition ? Est-ce que des débris des deux avions, auraient pu être subtiliser par ce moyen, et écartés de l'enquête pour les détourner d'une éventuelle analyse ou authentification des pièces ? En mettant ensuite le vol de débris sur le dos de la mafia locale ? C'est une possibilité. Et bien-sûr, pour retrouver certains débris sensibles, qui auraient été dérobés de cette façon, il faut s'intéresser aux camions pour identifier ces derniers et pouvoir reconstituer leur parcours (mais l'enquête sur ces camions sera arrêtée). Parce que, alors que nous avons bien deux Boeing qui s'écrase sur le WTC, ces débris (comme d'ailleurs ceux attribués aux vols 77 et 93) ne seront jamais expertisés.

En quant est-il de ce rapport que détiendrait la mairie, sur un camion rempli d'explosif qui était à destination de New York ? Y aurait-il un rapport avec les explosifs qui ont été utilisés avant le 11 septembre pour piéger les trois bâtiments du WTC ? On peut constater que même la mairie de New York ne dit pas tout ce qu'elle sait.

 

(1) Pour plus d'informations, voir "Attentats du 11 septembre: La contre-enquête (Parties 14-16).

(2) Pour plus d'informations, voir "Attentats du 11 septembre: La contre-enquête (Parties 26-28).

 

Sources:
"11 septembre - Rapport de la Commission d'enquête - Rapport final de la Commission nationale sur les attaques terroristes contre les Etats-Unis", (édition Française), Editions des Equateurs; 

"Un autre regard sur le 11 septembre, 10 ans après le nouveau Pearl Harbor 2", par David Ray Griffin, Editions Nouvelle Terre, collection "Résistances";
www.commission9-11.gov;
www.historycommons.org;
www.govinfo.library.unt.edu;
www.uniformfreak.com.